La ferme biologique Cheikh Anta d’Aminata Samb, un projet à soutenir et à valoriser

La ferme biologique Cheikh Anta d’Aminata Samb, un projet à soutenir et à valoriser

La ferme se situe à Keur Khar dans la région de Thiès au Sénégal, c’est une ferme biologique et d’expérimentation développée par l’agricultrice Aminata Samb. Le projet s’inclut également dans le développement du village ou il se situe.

2 fonctions principales

  • Un centre de formation dont le type d’agriculture mis en place sera basé sur les principes de productions naturels et durables.

– La structure propose des activités manuelles et ludiques qui sont mises en place au sein de la ferme biologique avec comme intérêt éducatif d’en faire un outil d’insertion sociale. 


– Toutes les activités comme le compostage, le jardinage, l’élevage, la cuisine et la transformation ont pour objectif de rendre les jeunes responsables et autonomes. 


– Des habitations composeront l’espace pour en faire un centre d’accueil international de volontaires et woofers.

  • Un centre économique pour tout le village où les habitants contribuent activement.

– Utilisation de compost à base d’excréments des volailles pour fertiliser et nourrir les animaux de façon naturelle.


– Faire du biogaz pour produire de l’électricité pour les cuisines de la cantine de l’école primaire du village, de la ferme et de la localité.

  
– Vente des légumes et des fruits par les habitants du village aux villes voisines pour apporter des ressources financières pour la pérennité du projet.

La ferme prendra aussi en charge les repas du midi des 200 enfants scolarisés du secteur leur assurant ainsi au moins un repas équilibré dans la journée.

Lire l’article : Ta Nou, une entreprise martiniquaise qui permet de manger bio et sans chlordécone

Le contexte

La perception actuelle du monde rural africain met en premier plan l’énorme potentiel en agriculture et en élevage. La majorité de la population des campagnes vit en dessous du seuil de pauvreté. L’insécurité alimentaire fait partie du quotidien. 

Le système rural est fragmenté et peu organisé. Les liens essentiels entre la production, la transformation et la commercialisation sont flous. Cette situation est à l’origine de l’importation des produits alimentaires de base comme le riz.


En conséquence, l’orientation de l’agriculture vers l’autosubsistance persiste avec une faible connexion au marché et des niveaux de productivité très faibles. Le modèle de développement communautaire qui sera ainsi établi sera un exemple à diffuser autour des autres activités en milieu rural. 

Pour soutenir le projet, c’est ici : Soutien pour La ferme Cheikh Anta (helloasso.com)

La rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *