Gwoka au delà du tambour et du chaos l’expression de l’ordre

Gwoka au delà du tambour et du chaos l’expression de l’ordre

La forme musicale, instrumentale et vocale, appelée Gwoka, a été créée par la population africaine en Guadeloupe lors de la période sombre de l’esclavage. Cette forme d’art et d’expression s’ancre dans une réalité méconnue du grand public.

La musique permettait aux esclaves de briser la douloureuse monotonie de leur vie. Pour accompagner les chants, des tambours fait de bois et de peaux de cabris étaient utilisés. Cette origine historique de l’instrument lui confère une identité culturelle forte et c’est pourquoi l’UNESCO a classé le Gwoka au patrimoine culturel immatériel de l’Humanité.

Lire l’article : Les traumatismes du commerce triangulaire peuvent-ils se transmettre ?

Fabrication du KA

Malgré cette racine historique, le tambour Ka a évolué au cours de l’histoire. A l’origine, les Africains avaient pour habitude de le fabriquer dans des bois creusés. Cependant, avec l’interdiction de prélever des bois dans la forêt, les musiciens sont contraints de chercher des instruments de substitution. Ils se tournent donc vers les tonneaux de salaison, utilisés à l’époque pour le transport des marchandises.

Au cours du Xxème siècle, avec l’arrêt progressif des transports par salaisons, les musiciens sont amenés à devoir confectionner entièrement leurs instruments. Ils s’inspirent donc des techniques de fabrication de la tonnellerie (chauffage du bois puis cintrage). Ces techniques sont toujours employées par certains artisans.

Pour aller plus loin


Sources : PNG / Canal 10 / Anyjart

La rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *